Homélie de Saint Augustin : La Passion et les deux Larrons

ANALYSE. — 1. Paroles du larron au larron qui souffrait avec lui. — 2. Sa prière au Christ. — 3. Réponse du Christ. — 4. Comment le larron a été baptisé.

Rubens Crucifixion.jpg1. Le Seigneur Jésus était attaché à la croix, les Juifs blasphémaient, les princes ricanaient, et bien que le sang des victimes tombées sous ses coups ne fût pas encore desséché, le larron lui rendait hommage ; d’autres secouaient la tête en disant : « Si tu es le Fils de Dieu, sauve-toi toi-même (Matth. XXVII, 10) ». Jésus ne répondait pas, et, tout en gardant le silence, il punissait les méchants. Pour la honte des Juifs, le Sauveur ouvre la bouche à un homme qui doit plaider sa cause ; cet homme n’est autre qu’un larron crucifié comme lui ; car deux larrons avaient été crucifiés avec lui, l’un à sa droite, l’autre à sa gauche. Au milieu d’eux se trouvait le Sauveur. C’était comme une balance parfaitement équilibrée, dont un plateau élevait le larron fidèle, dont l’autre abaissait le larron incrédule qui l’insultait à sa gauche. Celui de droite s’humilie profondément : il se reconnaît coupable au tribunal de sa conscience, il devient, sur la croix, son propre juge, et sa confession fait de lui un docteur. Voici sa première parole, elle s’adresse à l’autre brigand : « Ni toi, non plus, tu ne crains pas (Luc, XXI,  I, 3) ! » Hé quoi, larron ? tout à l’heure tu volais, et maintenant tu reconnais Dieu; tout à l’heure tu étais un assassin, et maintenant tu crois au Christ ! Dis-nous donc, oui, dis-nous ce que tu as fait de mal ; dis-nous ce que tu as vu faire de bien au Sauveur. Nous, nous avons tué des vivants, et, lui, il a rendu la vie aux morts; nous, nous avons dérobé le bien d’autrui, et, lui, il a donné tous ses trésors à l’univers ; et il s’est fait pauvre pour me rendre riche. — Il discute avec l’autre larron : Jusqu’ici, dit-il, nous avons marché ensemble pour commettre le crime. Offre ta croix, on t’indiquera le chemin à suivre, si tu veux vivre avec moi. Après avoir été mon collègue dans la voie du crime, accompagne-moi jusqu’au séjour de la vie; car cette croix, c’est l’arbre de vie. David a dit en l’un de ses psaumes : « Dieu connaît les sentiers du juste, et la voie de l’impie conduit à la mort (Ps. I, 6) ».

2. Après sa confession, il se tourne vers Jésus : « Seigneur », lui dit-il, « souvenez-vous de moi, lorsque vous serez arrivé en votre royaume (Id. XXIII, 42.) ». Je ne savais comment dire au larron : Pour que le Christ se souvienne de toi, quel bien as-tu fait ? A quelles bonnes œuvres as-tu employé ton temps ? Tu n’as fait que du mal aux autres, tu as versé le sang de ton prochain, et tu oses dire « Souvenez-vous de moi ! » Larron, tu es devenu le compagnon de ton Maître, réponds donc : J’ai reconnu mon Maître, au milieu des ignominies de mon supplice ; aussi ai-je le droit d’attendre de lui une récompense. Qu’il soit cloué à une croix, peu m’importe ! je n’en crois pas moins que sa demeure, que le trône de sa justice est dans le ciel. « Seigneur », dit-il, « souvenez-vous de moi, lorsque vous serez arrivé en votre royaume». Le Christ n’avait ouvert la bouche ni en présence de Pilate, ni devant les princes des prêtres : de ses lèvres si pures n’était tombé aucun mot de réponse à l’adresse de ses ennemis, parce que leurs questions n’étaient pas dictées par la droiture. Et voilà qu’il parle au larron sans se faire attendre, parce que celui-ci le prie avec simplicité : « En vérité, en vérité, je te le dis : aujourd’hui même tu seras avec moi dans le paradis (Luc, XXIII, 13 . ) ». Hé quoi, larron ? tu as demandé une faveur pour l’avenir, et tu l’as obtenue pour le jour même ! Tu dis : « Lorsque vous arriverez en votre royaume », et, pas plus tard qu’aujourd’hui , il te donne une place au paradis !

4. Mais comment expliquer ceci ? Le Christ promet la vie au larron, et le larron n’a pas encore reçu la grâce ? Le Seigneur dit en son saint Evangile : « Quiconque ne renaît pas de l’eau et de l’Esprit-Saint ne peut entrer dans le royaume des cieux (Jean, III, 5.) ». Et le temps ne permet pas de baptiser le larron. Dans sa miséricorde, le Rédempteur imagine à cela un remède. Un soldat s’approche ; d’un coup de lance, il ouvre le côté du Christ, et de cette plaie «s’échappent du sang et de l’eau (Id. XIX, 31.) » qui rejaillissent sur les membres du larron. L’apôtre Paul a dit ceci : « Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion et de l’aspersion de ce sang qui parle plus haut que celui d’Abel (Hébr. XII, 22-24. ) ». Pourquoi le sang du Christ parle-t-il plus haut que celui d’Abel ? Parce que le sang d’Abel accuse un parricide, tandis que celui du Christ innocente l’homicide et accorde, pour les siècles des siècles, le pardon à ceux qui se repentent. Ainsi soit-il.

Source : Sermon LII : Sur la Passion du Seigneur et les deux Larrons

Publicités

Saint Augustin : Vers la fin du Carême, le chemin du ciel

Le Christ Notre-Seigneur nous exauce avec son Père; pour nous cependant il a daigné prier son Père. Est-il rien de plus sûr que notre bonheur, quand il est demandé par Celui qui le donne? Car Jésus-Christ est en même temps Dieu et homme; il prie comme homme, et comme Dieu il donne ce qu’il demande. S’il attribue au Père tout ce que vous; devez conserver de lui, c’est que le Père ne procède pas de lui, mais lui du Père. Il rapporte tout à la source dont il émane, quoique en émanant d’elle il soit source aussi, puisqu’il est la source de la vie. C’est donc une source produite par une source. Oui, le Père qui est une source produit une source; mais il en est de ces deux sources comme du Père et du Fils qui ne sont qu’un seul Dieu. Le Père toutefois n’est pas le Fils, le Fils n’est pas le Père et l’Esprit du Père et du Fils n’est ni le Père ni le Fils; mais le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne sont qu’un seul Dieu. Appuyez-vous sur cette unité pour ne pas tomber en désunissant.

Cranach l'Ancien La trinitéVous avez vu ce que demandait le Sauveur, ou plutôt ce qu’il voulait. Il disait donc : « Je veux, mon Père, que là où je suis soient aussi ceux que vous m’avez donnés ». Oui, « je veux que là où je suis ils soient aussi avec moi ». Oh ! l’heureux séjour ! Oh ! l’inattaquable patrie ! Elle n’a ni ennemi ni épidémie à redouter. Nous y vivrons tranquilles, sans chercher à en sortir; nous ne trouverions point de plus sûr asile. Sur quelque lieu que se fixe ton choix ici-bas, sur la terre, c’est pour craindre, ce n’est point pour y être en sûreté. Ainsi donc, pendant que tu occupes cette résidence du mal, en d’autres termes, pendant que tu es dans ce siècle, dans cette vie pleine de tentations, de morts, de gémissements et de terreurs, dans ce monde réellement mauvais, fais choix d’une autre contrée pour y porter ton domicile. Mais tu ne saurais le transporter au séjour du bien, si tu n’as fait du bien dans ce pays du mal. Quelle résidence que cette autre où personne ne souffre de la faim? Mais pour habiter cette heureuse patrie où la faim est inconnue; dans la patrie malheureuse où nous sommes partage ton pain avec celui qui a faim. Là nul n’est étranger, chacun est dans son pays. Veux-tu donc habiter ce séjour heureux où il n’y a point d’étranger? dans ce séjour malheureux ouvre ta porte à celui qui est sans asile. Donne l’hospitalité, dans ce pays du malheur, à l’étranger, afin d’être admis toi-même sur la terre fortunée où tu ne pourras la recevoir. Sur cette terre bénie, personne n’est sans vêtement, il n’y a ni froid ni chaleur excessifs; à quoi bon des habitations et des vêtements. Au lieu d’habitation on y trouve la protection divine; on y trouve l’abri dont il est dit : « Je me réfugierai à l’ombre de vos ailes (Ps. LVI, 2.) ». Ici donc reçois dans ta demeure celui qui n’en a pas, et tu pourras parvenir au lieu fortuné où tu trouveras un abri qu’il ne te faudra point restaurer, attendu que la pluie ne saurait le détériorer. Là jaillit perpétuellement la fontaine de vérité; eau féconde qui répand la joie et non l’humidité, source de véritable vie. Que voir en effet dans ces mots : « En vous est la fontaine de vie (Ps. XXXV,10.) »; sinon ceux-ci : « Le Verbe était en Dieu (Jean, I, 14.)? »

Ainsi donc, mes bien-aimés, faites le bien dans ce séjour du mal, afin de parvenir au séjour heureux dont nous parle en ces termes Celui qui nous le prépare : «Je veux que là où je suis ils soient aussi avec moi». Il est monté pour nous le préparer, afin que le trouvant prêt nous y entrions sans crainte. C’est lui qui l’a préparé; demeurez donc en lui. Le Christ serait-il pour toi une demeure trop étroite? Craindrais-tu encore sa passion? Mais il est ressuscité d’entre les morts, et il ne meurt plus, et la mort n’aura plus sur lui d’empire (Rom. VI, 9.). Ce siècle est à la fois le séjour et le temps du mal. Faisons le bien dans ce séjour du mal, conduisons-nous bien dans ce temps du mal; ce séjour et ce temps passeront pour faire place à l’éternelle habitation et aux jours éternels du bien, lesquels ne seront qu’un seul jour. Pourquoi disons-nous ici des jours mauvais ? Parce que l’un passe pour être rem. placé par un autre. Aujourd’hui passe pour être remplacé par demain, comme hier a passé pour être remplacé par aujourd’hui. Mais où rien ne passe on ne compte qu’un jour. Ce jour est aussi et le Christ et son Père, avec cette distinction que le Père est un jour qui ne vient d’aucun jour, tandis que le Fils est un jour venu d’un jour.

Ainsi donc Jésus-Christ Notre-Seigneur, par sa passion, nous prêche les fatigues et les accablements de ce siècle; il nous prêche, par sa résurrection, la vie éternelle et bienheureuse du siècle futur. Souffrons le présent, ayons confiance dans l’avenir. Aussi le temps; actuel que nous passons dans le jeûne et dans des observances propres à nous inspirer la contrition, est-il l’emblème des fatigues du siècle présent; comme les jours qui se préparent sont l’emblème du siècle futur, où nous ne sommes pas encore. Hélas ! oui, ils en sont l’emblème, car nous ne le tenons pas. La tristesse doit durer en effet jusqu’à la passion; après la résurrection, les chants de louanges.

Source : Sermon CCXVII. Vers la fin du Carême, le chemin du ciel.

Cardinal Mercier : « Pour être heureux, revenez aux enseignements et à la foi de la vie chrétienne »

Mes bien chers Frères, j’éprouve un vif désir de vous voir tous heureux. Si vous ne l’êtes pas, revenez donc, je vous en supplie, aux enseignement et reprenez la loi de la vie chrétienne. Là est la source du bonheur. Croyez-en saint Augustin qui avait passé par tant de déceptions avant d’avoir trouvé la paix et qui, l’ayant enfin découverte, s’écriait : « Notre coeur n’a point de repos, tant qu’il ne le prend pas en Dieu, Fecisti nos ad te Domine, et irrequietum est cor nostrum donec requiescat in te. » Ecoutez la voix paternelle de note Saint-Père le Pape Pie X qui vous dit : « Si vous connaissiez la vie chrétienne, vous l’estimeriez et l’aimeriez. » Ecoutez l’appel affectueux de notre bon Sauveur Jésus : « Venez à moi et suivez mes enseignements, discite a me ; suivez l’attrait de ma douceur et de mon humilité et je promets la paix à vos âmes, quia itis sum et humilis corde, et invenietis requiem animabus vestris (Matth, XI, 29). Certes je vous demande  un acte de foi à ma puissance et à mon amour, il dépend de vous de me le donner ou de me le refuser, car je n’entends pas vous contraindre, je respecte votre liberté. Quand, au cours de ma vie mortelle, je m’offrais à guérir les malades, à rendre la vue aux aveugles, je commençais par leur demander un acte de foi ; avant de ressusciter Lazare, il me plaisait de mettre  à l’épreuve la foi de Marthe en lui disant : j’affirme que je suis la vie, j’ai le pouvoir de ressusciter les morts, croyez-vous cela ? Oui, Seigneur, répondit Marthe, je crois que vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui avez daigné descendre au milieu de nous. Aussitôt après déclaration de foi, Lazare sortait du tombeau » (Joan. XI).

Il s’agit pour chacun de nous d’une expérience à faire. Je ne vous dirai pas avec Pascal : Tentez-la les yeux fermés ; si elle échoue, vous n’aurez rien perdu ; si elle réussit, vous aurez gagné l’infini. Le chrétien ne se soumet pas à un coup de dé. Il a des raisons de croire et ne croirait point s’il ne voyait qu’il est sage de le faire. Néanmoins aucune raison de croire ne lui ôte la liberté de refuser les avances divines. L’homme de génie aussi bien que l’homme du peuple trouve sa place et vit en paix dans l’Église, mais au premier comme au second Dieu demande d’abord un acte de filial abandon à sa divine Providence : « Si vous ne vous faites semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu » (Matth XVIII 3).

Dieu n’exige, somme toute, de l’homme qu’une seule chose : la droiture intérieure. « Nous voulons, écrit Saint Jean, que vous soyez pleinement dans la joie, nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché » (I Joan. I, 5-7). Le bonheur, dit Saint Augustin, c’est la joie puisée dans la vérité, beata vita est gaudium de veritate (Conf. Liv. X, ch XXIII). Sois donc sincère avec toi-même, mon Frère, suis les lumières de ta conscience : elle te mettra de prime abord en présence d’un idéal de grandeur morale auquel elle te commandera de subordonner tes instincts et de plier tes passions ; elle te dira de placer les intérêts moraux de la famille, de la patrie, de l’humanité au-dessus des attraits de ton égoïsme ; elle te suggérera d’aimer les autres hommes comme des frères, et à mesure que tu t’appliqueras à les aimer tous, loyalement, effectivement, tu sentiras naître et grandir en toi l’amour de Dieu, car la paternité divine est le principe et l’unique garantie de la fraternité humaine. « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière , et aucune occasion de chute n’est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux » (Matth. XXV, 35 et suiv.).

Le vrai chrétien n’est pas celui qui est baptisé, qui accomplit plus ou moins fidèlement un nombre plus ou moins considérable de pratiques religieuses, mais celui qui, conformant sa vie aux prescriptions évangéliques, aime Dieu comme son père, par-dessus toutes choses et son prochain comme son frère, par amour pour Dieu. Il est impossible d’aimer sincèrement le père de famille sans embrasser ses enfants dans le même amour. Ces deux amours sont si étroitement unis que le Dieu qui nous a fait une loi de l’aimer de toutes les énergies de notre âme nous avertit que le jugement final portera sur l’exercice envers nos frères (I Joan. II, 10, 11). Il est réconfortant, mes Frères, à l’heure des épreuves morales de la vie, de penser qu’il y a dans les joies triomphantes du paradis, dans les espérances douloureuses du purgatoire, au milieu des luttes présentes de l’humanité, des légions d’âmes qui, unies par les liens d’un même fraternel amour, vivifiées par un même esprit de paix, vinculum pacis, placent Dieu au-dessus de tous les biens de l’univers créé.

Source : Card. D-J Mercier. Discours et Mandements. Extraits des Œuvres Pastorales. Bruxelles : Dewit. 1914. 14-18.