Quinzième anniversaire de la mort du P. José María Alba, apôtre de la jeunesse

Le 11 janvier 2002 est décédé le père José María Alba Cereceda, né à Vargas (Santander) en 1924, mais qui vécut à Barcelone dès le premier mois de sa vie. Jésuite, il fut ordonné prêtre en 1958 et depuis lors, mû par la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, il a fondé d’innombrables initiatives contemplatives et d’apostolat, comme en 1969 l’Union Séculière Saint Antoine Marie Claret et en 1984 le Collège du Coeur Immaculé de Marie à Sentmenat, ainsi qu’un institut religieux de prêtres, la Société Missionnaire du Christ Roi. Toute sa vie, il s’est consacré à la formation chrétienne des enfants et des jeunes, et à travers son apostolat ont surgi plus d’une centaine de vocations sacerdotales et religieuses. Le président des Jeunes de Saint Joseph (Jóvenes San José), Marcos Vera, présente dans cette vidéo réalisée par l’agence Tekton quelques aspects essentiels de sa vie.

El 11 de enero de 2002 falleció el padre José María Alba Cereceda, nacido en Vargas (Santander) en 1924 pero que vivió en Barcelona desde el primer mes de su vida. Jesuita, fue ordenado sacerdote en 1958 y desde entonces, impulsado por la devoción al Sagrado Corazón de Jesús, fundó innumerables iniciativas contemplativas y de apostolado, como en 1969 la Unión Seglar San Antonio María Claret y en 1984 el Colegio Corazón Inmaculado de María en Sentmenat, o también un instituto religioso para sacerdotes, la Sociedad Misionera de Cristo Rey. Toda su vida se entregó a la formación cristiana de niños y jóvenes, y de su lado han salido más de un centenar de vocaciones sacerdotales y religiosas. El presidente de los Jóvenes San José, Marcos Vera, presenta en este vídeo de la agencia Tekton algunos aspectos esenciales de su vida.

Sources : Religión en Libertad, Adelante la Fe. Traduction française : Espérance Nouvelle.

Amoris Laetitia : Les ‘dubia’ des quatre cardinaux sont légitimes d’après le Cardinal Martino

(Infocatho) Amoris laetitia ne sera décidément pas passé inaperçu. Après les suppliques, les dubia, les disputatio entre théologiens, demeure le silence du Sait-Père. Mais le pape n’aime pas les déclarations qui rigidifient. C’est ainsi en tout cas que son entourage justifie le silence du Souverain Pontife. Or les dubia, par nature, appellent des réponses claires et sans ambiguïté.

Dernier petit rebondissement, le Cardinal Martino juge les dubia légitimes et estime qu’il serait juste que le pape y réponde. C’est ce qu’il a dit au journal italien La Fede Quotidianaqui l’interrogeait à ce sujet.

 « Je n’y vois rien de mal. Il est légitime en matière de doctrine d’adresser au Pape une opinion et c’est juste aussi qu’il y réponde » 

(Cath.ch/I.MEDIA) Le cardinal Renato Martino, ancien président du Conseil pontifical Justice et Paix, a expliqué qu’il ne voyait rien de mal aux dubia des quatre cardinaux concernant l’exhortation apostolique Amoris laetitia.

(Chiesa) Il y a le cardinal Renato Raffaele Martino, président émérite du conseil pontifical Justice et paix, qui a déclaré, lors d’une interview accordée le 16 décembre à « La Fede Quotidiana », qu’il est « licite de faire parvenir au pape une opinion en matière de doctrine et que c’est également une bonne chose qu’il y ait une réponse », en particulier parce que ce « cas par cas » dont parle « Amoris lætitia » peut effectivement « se prêter à des interprétations douteuses » :

> Martino: « Leciti i ‘dubia’ su ‘Amoris laetitia’, giusto che il papa risponda »

(Riposte catholique) L’hebdomadaire catholique étatsunien The Wanderer a signalé, dans sa livraison du 17 décembre, l’entretien accordé la veille par le cardinal Renato Martino, ancien président du Conseil pontifical Justice et Paix, au site italien La Fede Quotidiana. Interrogé sur ce qu’il pensait des dubia des quatre cardinaux, il a répondu : « Je n’y vois rien de mal. Il est légitime en matière de doctrine d’adresser au Pape une opinion et c’est juste aussi qu’il y réponde » (« Che non ci vedo nulla di male. E’ lecito in tema di dottrina rivolgere al Papa un parere ed è anche giusto rispondere »).

> LifeSiteNews : Italian cardinal defends four Cardinals: It would be ‘just’ for pope to respond

> OnePeterFive : Cardinal Martino Speaks Out in Support of the Dubia

> National Catholic Register : Cardinal Martino Defends the ‘Dubia’

> La Fede Quotidiana : Il cardinale Martino: “Leciti i dubia sulla Amoris Laetitia, giusto che il Papa risponda”

Rappel : les 5 questions (‘dubia’) des 4 cardinaux au Pape François sur la morale, les sacrements, et la signification d’Amoris Laetitia

La démarche des cardinaux Caffara, Burke, Brandmüller et Meisner de soumettre au Pape cinq questions sur la morale et les sacrements, en rapport avec certains passages d’Amoris Laetitia qui font l’objet d’interprétations divergentes de la part des évêques, des prêtres et des fidèles dans le monde, a suscité des réactions diverses. Mais quelles sont exactement les questions posées par ces quatre cardinaux ? Les voici.

1.    Il est demandé si, en conséquence de ce qui est affirmé dans « Amoris lætitia » aux nn. 300-305, il est maintenant devenu possible d’absoudre dans le sacrement de Pénitence et donc d’admettre à la Sainte Eucharistie une personne qui, étant liée par un lien matrimonial valide, vit « more uxorio » avec une autre personne, sans que soient remplies les conditions prévues par « Familiaris consortio » au n. 84 et réaffirmées ensuite par « Reconciliatio et pænitentia » au n. 34 et par « Sacramentum caritatis » au n. 29. L’expression « dans certains cas » de la note 351 (n. 305) de l’exhortation « Amoris lætitia » peut-elle être appliquée aux divorcés remariés qui continuent à vivre « more uxorio » ?

2.    Après l’exhortation post-synodale « Amoris lætitia » (cf. n. 304), l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II « Veritatis splendor » n. 79, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, à propos de l’existence de normes morales absolues, obligatoires sans exception, qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais, continue-t-il à être valide ?

3.    Après « Amoris lætitia » n. 301, est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel (cf. Conseil pontifical pour les textes législatifs, Déclaration du 24 juin 2000) ?

4.    Après les affirmations contenues dans « Amoris lætitia » n. 302 à propos des « circonstances qui atténuent la responsabilité morale », faut-il encore considérer comme valide l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II « Veritatis splendor » n. 81, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, selon lequel « les circonstances ou les intentions ne pourront jamais transformer un acte intrinsèquement malhonnête de par son objet en un acte subjectivement honnête ou défendable comme choix » ?

5.    Après « Amoris lætitia » n. 303, faut-il considérer comme encore valide l’enseignement de l’encyclique de Saint Jean-Paul II « Veritatis splendor » n. 56, fondé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition de l’Église, qui exclut une interprétation créatrive du rôle de la conscience et affirme que la conscience n’est jamais autorisée à légitimer des exceptions aux normes morales absolues qui interdisent des actes intrinsèquement mauvais de par leur objet ?

Pour rappel, la démarche des quatre cardinaux consistait formellement à poser des questions au Pape sur Amoris Laetitia et son interprétation correcte, cinq questions précisément. C’est ce qu’ont clairement rappelé les quatre cardinaux dans une note explicative publiée en même temps que les cinq questions :

« Les ‘dubia’ (mot latin signifiant : ‘doutes’) sont des questions formelles posées au Pape et à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi et qui demandent des éclaircissements à propos de sujets particuliers concernant la doctrine ou la pratique. La particularité de ces questions est qu’elles sont formulées de telle sorte qu’elles demandent comme réponse un « oui » ou un « non », sans argumentation théologique. Cette manière de s’adresser au Siège Apostolique n’est pas une invention de notre part ; c’est une pratique séculaire.« 

La procédure des « dubia » envoyés au Saint-Siège, telle que les quatre cardinaux l’ont appliquée, fait en effet partie de la vie normale de l’Église. On peut le constater en consultant les documents officiels du Saint-Siège qui répondent à des question du même type formulées selon la même procédure, par exemple les documents suivants : 

Réponses aux doutes sur l’interprétation du Décret «Ecclesiae Pastorum» (Responsa ad proposita dubia de interpretatione decreti «Ecclesiae Pastorum»), 7 juillet 1983 [AllemandAnglaisEspagnolFrançaisItalienPolonaisPortugais] ; 

Réponse au doute quant à la validité du baptême conféré par «L’Eglise de Jésus-Christ des Saints du dernier Jour», dite «Mormons» (Responsum ad propositum dubium de validitate baptismatis apud communitatem «The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints»), 5 juin 2001 [AllemandAnglaisEspagnolFrançaisItalienLatinPolonaisPortugais] ; 

Réponses aux questions sur les formules de validité du baptême (Responsa ad proposita dubia de validitate baptismatis), 1er février 2008 [AllemandAnglaisEspagnolFrançaisItalienLatinPolonaisPortugaisTchèque] ; 

Réponses à des doutes soulevés sur l’«isolement de l’utérus» et à d’autres questions (Responsa ad proposita dubia circa «interclusionem uteri» et alias quaestiones)31 juillet 1993 [AllemandAnglaisEspagnolFrançaisItalienPolonaisPortugais] ; 

Réponse à un doute sur la doctrine de la Lettre Apostolique “Ordinatio Sacerdotalis (Responsum ad dubium circa doctrinam in Epist. Ap.“Ordinatio Sacerdotalis” traditam), 28 octobre 1995 [AllemandAnglaisEspagnolFrançaisItalienLatinPolonaisPortugais].

Illustration : Crisis Magazine

Résister à la déchristianisation : le Cardinal Sarah sur Radio Notre-Dame

« Le Christ nous demande tout le temps : si tu veux, suis-moi… Que nous acceptions de suivre le Christ, mais sans modifier son évangile, sans compromission. Beaucoup de gens l’ont suivi, et l’ont suivi jusqu’à la mort. Il y a des chrétiens, aujourd’hui, qui Le suivent en mourant : en Afrique, au Moyen Orient… Même à Paris il y a des gens qui sont persécutés : lorsqu’on détruit notre foi chrétienne, lorsqu’on détruit nos familles, lorsqu’on détruit nos valeurs, il y en a qui résistent ! Et vous, vous avez résisté longtemps, plusieurs fois en France. »

Cardinal Robert Sarah sur Radio Notre-Dame, le 14 décembre 2016

cardinal-sarah-la-force-du-silence.jpeg« La force du silence : contre la dictature du bruit ». Ce livre a peut-être fait partie des cadeaux reçus ou offerts à Noël cette année. Lors de sa venue en France, le Cardinal Sarah en a fait la présentation au micro de Radio Notre-Dame, évoquant tour à tour la nécessité du silence, celle de retrouver le sens de la messe, son regard sur l’Occident, la délicate gestion de son dicastère, et le message qu’il nous adresse pour Noël.

Infocatho a retranscrit l’essentiel de son entretien.

Éminence, pourquoi est-ce si difficile, au fond, de de trouver le silence, peut-être de chercher le silence ?

Parce que nous vivons dans une ambiance de bruit, dans une ambiance où l’homme a du mal à rester silencieux, parce que probablement nous avons peur de nous rencontrer nous-mêmes, de nous voir tels que nous sommes, nous avons aussi peur de rencontrer les autres. Alors on fait beaucoup de bruit ! Et pourtant le silence est vital ; parce que si vous voulez vous reposer par exemple, vous avez besoin de silence autour de vous, si vous voulez lire quelque chose d’intéressant, vous avez besoin de silence, vous voulez écouter une musique, vous voulez parler dans l’intimité…. Le silence est vital, sans silence l’homme ne peut pas vivre.

Pourquoi la « dictature du bruit » comme terme ?

Parce que, effectivement, nous vivons une vraie dictature : vous avez constamment la télévision, constamment la radio, constamment les machines, constamment les gens qui écoutent de la musique, comme si on ne veut pas nous laisser vraiment à nous-mêmes, comme si l’on veut nous sortir de nous-même, par force. C’est donc vraiment une dictature, et il est difficile de se soustraire à cette dictature.

> Lire la suite

Écouter l’émission du 14 décembre 2016 sur le site de Radio Notre-Dame :

Capture d’écran 2017-01-01 à 22.26.22.png

Immigration : quelle attitude faut-il adopter, dans une perspective chrétienne ?

Quelques réflexions utiles de saint Thomas d’Aquin

Le problème de l’immigration n’est pas nouveau. Saint Thomas d’Aquin s’en est déjà occupé au XIIIe siècle dans sa célèbre Somme théologique (I-II, Q. 105, art. 3). Inspiré par les enseignements de l’Écriture Sainte relatifs au peuple Juif, le Docteur Angélique établit clairement les limites de l’hospitalité due aux étrangers. Peut-être pouvons-nous, nous aussi, en tirer quelques enseignements.

Saint Thomas d’Aquin : «  Avec les étrangers, le peuple peut entretenir deux sortes de rapports : dans la paix et dans la guerre. Pour régler les uns et les autres, la loi comportait las préceptes qu’il fallait. » (1)

Saint Thomas dit, donc, que tous les immigrants ne sont pas égaux parce que les relations avec les étrangers ne le sont pas non plus: certains sont pacifiques, d’autres belliqueux. Chaque nation a le droit de décider quel type d’immigration peut être considérée pacifique et donc bénéfique pour le bien commun; et quel type, au contraire, est hostile et donc nuisible. Un État peut rejeter, comme une mesure de légitime défense, des éléments qu’il juge nuisibles pour le bien commun de la nation.

Un deuxième point se réfère aux lois, à la fois divines et humaines. Un État a le droit d’appliquer ses justes lois.

Le Docteur Angélique passe ensuite à l’analyse de l’immigration « pacifique ».

Saint Thomas d’Aquin : « Dans la paix, une triple occasion s’offrait aux juifs d’entrer en contact avec les étrangers : tout d’abord quand des étrangers en voyage traversaient le pays ; ou bien quand des étrangers venaient dans les pays pour s’y installer en qualité d’immigrés. Dans ces deux cas, les prescriptions légales ont un caractère d’humanité ; ces sont les maximes de l’Exode (22,21) : ‘Tu ne brimeras pas l’hôte étranger’, et (23,9) : ‘Tu ne seras pas cruel pour le voyageur étranger’.

Ici Saint Thomas reconnaît qu’il peut y avoir des étrangers qui veulent visiter un autre pays d’une façon paisible et bénéfique ou y séjourner pendant une certaine période. Ces étrangers doivent être traités avec charité, respect et courtoisie, un devoir de toutes les personnes de bonne volonté. Dans de tels cas, la loi doit protéger ces étrangers contre toute exaction.

Saint Thomas d’Aquin : « Le troisième cas est celui d’étranger désirant être reçu en pleine communauté de vie et de culte avec le peuple : à leur endroit on observait certaines formalités, et leur admission à l’état de citoyens n’était pas immédiate. De même, selon Aristote c’était une règle chez certaines nations de réserver la qualité de citoyen à ceux dont l’aïeul, voir le trisaïeul, avait résidé dans la cité. »

Ensuite,  Saint Thomas mentionne ceux qui veulent s’installer dans le pays. Et ici le Docteur Angélique met une première condition pour les accepter: la volonté de s’intégrer parfaitement dans la vie et la culture du pays hôte.

Une deuxième condition c’est que l’accueil ne soit pas immédiat. L’intégration est un processus qui prend du temps. Les gens ont besoin de s’adapter à la nouvelle culture. Saint Thomas cite aussi Aristote, qui affirme que ce processus peut prendre de deux à trois générations. Saint Thomas n’établit pas un temps idéal, disant seulement qu’il peut être long. 

Saint Thomas d’Aquin : « Et cela se comprend, à cause de multiples inconvénients occasionnés par la participation prématurée des étrangers au maniement des affaires publiques, si, avant d’être affermis dans l’amour du peuple, ils entreprenaient quelque chose contre lui. »

L’enseignement de Saint Thomas, fondé sur le bon sens, aujourd’hui sonne politiquement incorrect. Pourtant, il est parfaitement logique. Le Docteur Angélique montre que vivre dans un autre pays est une chose très complexe. Il faut du temps pour connaître les habitudes et la mentalité du pays, et par conséquent comprendre ses problèmes. Seuls ceux qui y vivent longtemps, faisant partie de la culture du pays, en contact étroit avec son histoire, sont en mesure de mieux juger les décisions à long terme qui soient convenables pour le bien commun. Il est nuisible et injuste de mettre l’avenir du pays entre les mains de gens qui viennent d’y arriver. Même si ce n’est pas de leur faute, souvent ils ne sont pas en mesure de bien comprendre ce qui se passe ou ce qui est arrivé dans le pays qu’ils ont choisi comme leur nouvelle patrie. Et cela peut avoir des conséquences désastreuses.

En illustrant ce point, Saint Thomas observe que les Juifs ne traitaient pas les personnes de façon égale. Il y avait plus de peuples voisins et, par conséquent, plus facilement assimilables. D’autres, cependant, étaient plus éloignés, voire hostiles. Les ressortissants de certains peuples considérés comme hostiles ne pouvaient pas être acceptés dans Israël, compte tenu de leur inimitié.

Saint Thomas d’Aquin : « C’est pourquoi, selon les dispositions de la loi, certaines nations plus au moins liées avec les Juifs, comme les Égyptiens au milieu desquels ils étaient nés et avaient grandi, les Édomites descendants d’Ésaü, le frère de Jacob, étaient accueillis dès la troisième génération dans la communauté du peuple. D’autres au contraire qui avait montré de l’hostilité pour les Juifs, comme les descendants d’Ammon et de Moab, n’y étaient jamais admis ; quant aux Amalécites qui leur avaient été particulièrement hostiles et ne leur étaient liés à aucun degré de parenté, on devait à jamais les traiter en ennemis. »

Les règles, cependant, ne doivent pas être rigides mais peuvent permettre des exceptions:

Saint Thomas d’Aquin : « Toutefois, par dispense individuelle, un particulier pouvait, à raison de quelque haut fait, être agrégé au sein du peuple ; on lit dans Judith (14,6) que le chef des Ammonites,  Achior,  fut incorporé au peuple d’Israël, lui et toute sa postérité. Il en fut de même pour Ruth, une Moabite, femme de grande vertu. »

Il est possible, par conséquent, d’admettre des exceptions selon les circonstances concrètes. Ces exceptions, cependant, ne sont pas arbitraires mais ont toujours en vue le bien commun de la nation. Le général Achior, par exemple, était intervenu avec Holopherne en faveur des Juifs au péril de sa propre vie, gagnant ainsi leur gratitude éternelle en dépit de ses origines ammonites. 

 

Par John Horvat sur Civilisation chrétienne.

 

> Lire l’article en entier

 

(1)   Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique ; I-II, Q. 105, art. 3. Les éditions du CERF, Paris, 1984, pp. 710-711

 

Illustration : Saint Thomas d’Aquin, Le triomphe de Saint Thomas d’Aquin, par Francisco de Zurbarán, détail.

 

 

Un bref hommage à André Charlier dans l’Appel de Chartres n°205

Jeudi 15 décembre 2016

Chers amis de Notre Dame de Chrétienté,

Je reviens de l’Abbaye Notre-Dame de Fontgombault après deux jours de retraite, deux jours au milieu de l’Avent à la recherche du silence dans la paix bénédictine. « Le plus grand malheur de l’homme est de ne savoir demeurer seul dans une chambre » disait Pascal. Alors, nous avons essayé, au moins deux petits jours. Nous étions quarante retraitants et pèlerins de tous les âges, parfois pour certains engagés dans les services du pèlerinage. Nous avons eu la joie d’entendre trois conférences de notre aumônier sur les annonciations à Saint Zacharie, la Très Sainte Vierge et Saint Joseph. Le Père Abbé, Dom Pateau, est venu nous parler de Notre Dame de Pellevoisin, Notre Dame du Sacré Cœur, une des cinq grandes apparitions mariales du XIXème siècle en France (Rue du Bac, La Salette, Lourdes, Pontmain et Pellevoisin). Et enfin le dimanche soir, juste avant les Vêpres, j’ai dit quelques mots sur l’œuvre éducatrice d’André Charlier et son influence sur Notre Dame de Chrétienté, en m’inspirant largement du livre de Dom Henri, petit-fils d’André Charlier et moine à l’Abbaye Sainte Madeleine du Barroux « André Charlier, le prix d’une œuvre » (éditions Sainte Madeleine).

Gustave Thibon écrivait à André Charlier « Je pense souvent, très souvent à vous comme à l’un des derniers témoins des choses qui demeurent ». Notre pèlerinage doit beaucoup à André Charlier. Les thèmes de nos dossiers de préparation, nos livrets, nos vidéoformations,… sont ceux d’André Charlier, notamment dans ses « appels » (conférences) du soir. Citons la chrétienté, la nécessaire réforme intellectuelle et morale, nos références habituelles comme Charles Péguy, notre dévotion à N.-D. de la Sainte Espérance du Mesnil Saint Loup et nos amitiés bénédictines. Il y aurait beaucoup à dire sur André Charlier qui avait tant de dons. Il était d’abord un éducateur comme nous pouvons le constater dans ce texte tiré des Lettres aux parents « Un enfant, c’est d’abord une âme : c’est là une notion dont notre siècle perd de plus en plus conscience et, sans s’en apercevoir, les parents chrétiens eux-mêmes se laissent atteindre par le naturalisme ambiant. Dieu sait que nous avons à l’école le plus grand souci de la santé de vos fils, mais il y a tout de même un ordre à respecter. Je suis choqué quand je vois qu’on entoure la santé des enfants d’un luxe de précautions extraordinaires, qu’on se laisse dévorer par l’inquiétude au plus léger accroc, tandis qu’on reste absolument indifférent aux dangers que leur âme peut courir du fait des fréquentations, des lectures ou du cinéma. »

> Lire la suite

Entretien avec Jean Sévillia : le politiquement correct est toujours à l’œuvre

Propos recueillis par Philippe Maxence le 02 décembre 2016

Jean Sévillia viens de rééditer sous le titre Écrits historiques de combat ses trois principaux essais : Historiquement correct, Moralement correct et Le Terrorisme intellectuel. Il revient pour nous sur ce combat des idées.

Vous venez de rééditer sous le titre Écrits historiques de combat vos trois principaux essais consacrés au décorticage de la pensée dominante. Naguère, la Pléiade avait publié les « écrits de combat » de Bernanos. Faut-il y voir un hasard ou une filiation ?

Jean Sévillia : C’est mon éditeur qui m’a proposé ce titre de Écrits historiques de combat, proposition que j’ai acceptée. Il est vrai que la formule rappelle celle des Essais et écrits de combat de Bernanos publiés dans la Pléiade. Ce n’est pas un hasard puisqu’on classera celui-ci dans la catégorie des essayistes catholiques, catégorie à laquelle je puis être assimilé. Mais à la vérité, la pensée politique de Bernanos est un peu fluctuante, et son registre pamphlétaire n’est pas le mien. Chez Bernanos, j’admire plus le style en général – c’est un admirable écrivain – et les romans, qui nous emmènent toujours dans l’affrontement saisissant du péché et de la grâce. Si je voulais m’inscrire dans une filiation, ce serait plutôt dans celle de Jacques Bainville qui était un historien-journaliste, ce que je tente modestement d’être, et qui par ailleurs écrivait admirablement. Mais l’agnosticisme de Bainville a pour conséquence regrettable qu’il manque une dimension chrétienne dans ses livres, outre que ses sources historiques sont parfois dépassées. L’idéal serait d’avoir la méthode de Bainville, la foi de Bernanos et autant de style qu’eux deux. Mais je n’ai pas cette prétention : je me contente d’être moi-même, tout en essayant de m’améliorer…

Même si vous admettez comme leurs adversaires que les « néoréacs » se font de plus en plus entendre, vous estimez pourtant que « l’orientation et les conditions du débat d’idées, en France, ne sont pas substantiellement modifiées ». Pensez-vous réellement que le « sinistrisme » mis en évidence par Albert Thibaudet sous la IIIe République est encore vraiment à l’œuvre ?

Il faut distinguer deux niveaux. Pour ce qui est de la production d’idées et du positionnement idéologique et politique des intellectuels de premier plan, il est vrai que la gauche a perdu l’hégémonie qu’elle exerçait dans ce domaine. Si l’on considère, par exemple parmi les philosophes, ceux dont les livres remportent de vrais succès de librairie, on trouve Alain Finkielkraut, qui était de gauche il y a trente ans mais qui passe aujourd’hui pour réactionnaire, Michel Onfray, qui est malheureusement athée et qui continue de se dire de gauche alors que toute sa pensée va à l’encontre des principes de la gauche, ou Fabrice Hadjadj ou François-Xavier Bellamy, qui sont des catholiques de droite. Je ne prétends certes pas qu’il n’y a plus de philosophes de gauche, mais ils se taisent ou ne sont plus écoutés. Mais quand ils publient un livre, Alain Finkielkraut ou Michel Onfray, pour n’évoquer qu’eux, subissent un tir de barrage médiatique qui vise à déconsidérer leur personne et à délégitimer leurs propos parce qu’ils vont à contre-courant du politiquement correct. Et c’est ici que nous trouvons le deuxième niveau qui me fait dire que les conditions du débat d’idées ne se sont pas substantiellement modifiées en France depuis trente ans. Car le monde médiatique, tout comme le monde de l’enseignement, sont deux secteurs de la société française qui sont massivement orientés politiquement, et où l’hégémonie de la gauche n’a pas reculé d’un centimètre. Or tous les Français passent par l’école, le collège, le lycée ou l’université, et tous regardent la télévision et écoutent la radio. L’enseignement et les médias restent par conséquent deux filtres idéologiques dont l’influence est énorme sur le commun des mortels, même si les autres y échappent par les écoles entièrement libres et les médias alternatifs.

Qu’est-ce qui caractérise cette hégémonie de la gauche ?

> Lire la suite

 

Jean Sévillia, Écrits historiques de combat (Historiquement correct, Moralement correct, Le Terrorisme intellectuel, avec une préface inédite, une bibliographie actualisée et un index des noms propres), Perrin, 840 p., 25 €.

9782262066635

Gabriel García Moreno, un homme d’État chrétien exemplaire

À l’approche de la Noël, les Éditions Clovis ont eu la bonne idée de mener à bien la réédition d’une biographie ancienne, abondamment citée et souvent mentionnée, mais devenue extrêmement difficile à trouver à l’état de livre d’occasion. Nous pensons naturellement au chef-d’œuvre de littérature chrétienne et historique du révérend père rédemptoriste et professeur de rhétorique Augustin Berthe : Gabriel García Moreno [1]. Au moment d’entrer dans le vase clos d’une nouvelle course présidentielle tout sauf haletante, ce sera un bon moyen de faire apparaître au grand jour, par contraste, la nullité des gouvernements républicains de France… Peut-être cet ouvrage donnera-t-il envie à certains de s’engager pour le bien commun et la Cité, en évitant de se soumettre à des systèmes aussi éculés que pervers ?

On connaît volontiers quelques grandes lignes de la vie du président équatorien qui consacra son pays au Sacré-Cœur de Jésus ; l’essentiel sans doute. Mais le lecteur, à moins d’avoir déjà étudié le sujet, sera probablement étonné par tout ce qu’il apprendra, et notamment sur l’importance du personnage et de ses qualités hors normes.

Cet homme d’État apprécié du bienheureux Pie IX est né le 24 décembre 1821 dans une grande famille. Son père était un individu distingué, né en Espagne où il fut secrétaire du roi Charles III, avant de courir l’aventure aux Amériques en 1793 – dans le port équatorien de Guayaquil très précisément, qui serait le foyer du radicalisme équatorien. Il y épouse la fille d’une notabilité locale, dans la parenté de laquelle on compterait un archevêque et cardinal. Le couple est résolument royaliste, au point de ne pas prendre favorablement part aux luttes d’indépendance, alors qu’on nous dit souvent que celles-ci se seraient déclenchées par souci d’intégrité contre la tutelle de Napoléon imposée à l’Espagne – à défaut de pouvoir l’être à ses possessions territoriales. Ne décorant pas sa maison pour les fêtes de l’indépendance, le couple s’exposa de bon cœur aux amendes (fraternelles, s’entend…).

Le Gabriel enfant, qui devait produire un homme si fort, se montrait paradoxalement « timide et craintif à l’excès [2] ». Il croît dans une grande instabilité politique continentale, puisqu’à l’âge de neuf ans il a déjà connu quatre nationalités successives : colombienne, de la république indépendante de Guayaquil (1827), péruvienne, puis équatorienne (1830). Malheureusement, les revers de fortune de la famille sont considérables, à cause de la mort prématurée du pater familias, et l’on n’aura guère de quoi trouver une situation au dernier-né : Gabriel. Cependant, la Providence veille : le père Betancourt, du proche couvent Notre-Dame-de-la-Merci, s’offre diligemment à sa mère pour dispenser des leçons de grammaire au petit.

> Lire la suite

[1BERTHE (R.P. Augustin), Gabriel García Moreno. Le hérdémocros martyr, Suresnes, Clovis, 2016, 432 p., 22 €. La première édition date de 1890.

[2Ibid., p. 16.