Mariage et « réforme ecclésiale » : une police de la pensée à l’Institut pontifical Jean-Paul II ?

L’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille publie un « Vademecum pour une nouvelle pastorale familiale » édité par Ignatius Press, qui sera dans les librairies dès janvier 2017. Ce manuel écrit par trois éminents professeurs de l’Institut, José Granados, Stephan Kampowski et Juan-José Pérez-Soba, vise à clarifier un certain nombre de questions liées à la « pastorale de la famille » et aux controverses qui ont suivi la publication de l’exhortation Amoris Laetitia. L’ouvrage a déjà commencé à circuler parmi les évêques.

Fondé en 1981 par Jean-Paul II et par celui que le même Pape avait choisi pour en être le premier président, Carlo Caffara, à l’époque simple théologien et aujourd’hui l’un des quatre cardinaux auteurs des cinq ‘dubia’ pour la clarification de l’enseignement sur la morale conjugale et les sacrements, l’Institut a grandi et a essaimé dans le monde, avec une douzaine d’implantations sur les cinq continents, au service de l’enseignement de l’Église sur le mariage et la famille.

Mais étonnamment, aucun des professeurs de l’Institut n’a été invité à la première session du synode sur la famille en 2014 et un seul, le député José Granados, a reçu un créneau marginal lors de la deuxième session en 2015. À la mi-Août 2016, le Pape François a remplacé la majeure partie de la direction de l’Institut. Il a nommé comme nouveau grand-chancelier Mgr Vincenzo Paglia – le même qu’il a porté à la tête de l’Académie pontificale pour la vie – et comme nouveau doyen Mgr Pierangelo Sequeri.

Le président sortant, Livio Melina, un théologien respecté qui a travaillé sept ans sous la direction du Cardinal Joseph Ratzinger à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, continuera à enseigner à l’Institut Jean-Paul II. De même que les autres professeurs, certains d’entre eux de haute renommée, comme l’anthropologue polonais Stanislaw Grygiel et son épouse Monika, le philosophe du droit Francesco D’Agostino, le sociologue Sergio Belardinelli, le théologien et évêque Mgr Jean Laffitte, secrétaire sortant du Conseil pontifical pour la famille récemment dissout, et bien sûr les trois auteurs du «Vademecum» mentionné ci-dessus.

Cependant, il semblerait que leur travail et leur enseignement soit surveillé de près. C’est ce que suggère un avertissement anonyme aux airs de menace à peine voilée qui est parvenu par e-mail à chacun de ces professeurs. Voici reproduit textuellement ci-dessous le message reçu (en italien) le 10 novembre par chaque professeur de l’Institut.

 

Objet : Observation des études et de l’enseignement à l‘Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille

 

Cher Professeur

Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille

Université Pontificale du Latran

Cité du Vatican

 

Ainsi que cela a déjà été fait et que cela se fait encore pour d’autres institutions pastorales, académiques et culturelles catholiques, notre “Observatoire pour la Réalisation de la Réforme Ecclésiale du Pape François” (OARCPF) – une initiative d’un groupe de laïcs catholiques en soutien au pontificat du pape François – a commencé pendant l’année académique en cours la surveillance du contenu des publications de la faculté et de l’enseignement dispensé à l‘Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille afin de mettre en évidence les adaptations ou les éventuelles divergences par rapport au discours prononcé par le pape François à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle année académique de votre Institut (Salle Clémentine, le 28 octobre 2016), au cours duquel vous avez été appelés à “soutenir la nécessaire ouverture de l’intelligence de la foi au service de la sollicitude pastorale du Successeur de Pierre.”

Les contenus des travaux publiés et des cours dispensés seront particulièrement pris en considération en référence aux dispositions de l’Exhortation apostolique “Amoris laetitia”, selon l’image “de l’Église telle qu’elle est, non pas d’une Église pensée selon sa propre image et ressemblance”, orientant la recherche et l’enseignement non plus vers “un idéal théologique trop abstrait du mariage, construit de façon presque artificielle, loin de la situation concrète et des possibilités effectives des familles telles qu’elles sont” (Pape François, discours susmentionné, 28 octobre 2016).

À cette fin, nous ferons usage de la lecture analytique et critique des études publiées par les professeurs, des thèses de licence et de doctorat approuvées par l’Institut, des programmes de cours et de leurs bibliographies, ainsi que des entrevues avec les étudiants effectuées à la sortie des cours, sur la place en face de l’Université du Latran.

Certains que nous accomplissons une tâche utile pour améliorer le service que vous rendez avec dévouement à l’Église et au Saint-Père, nous veillerons à vous tenir informé des résultats de notre étude d’observation.

 

Observatoire pour la Réalisation de la Réforme Ecclésiale du Pape François (OARCPF) – Section de Rome

 

 

Une fois publiée, la lettre du fantomatique « Observatoire » a suscité de vives remous qui ont permis d’identifier ses auteurs, une poignée d’anciens étudiants, persuadés d’avoir œuvré de façon méritoire. Sans liens avec le Vatican, ni avec les nouveaux dirigeants de l’Institut qui ont même pris la chose très mal.

 

Sources : Sandro Magister et Rorate Caeli. Traduction : Espérance Nouvelle.

 

Note : Le message envoyé par ledit « Observatoire » date le discours du pape François au 28 octobre 2016. Ce discours a en réalité été prononcée le 27 octobre 2016.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s