Entretien avec l’auteur de « L’éveil de Mademoiselle Prim », Natalia Sanmartín Fenollera

liberté scolaire,natalia sanmartín fenollera,modernité,tradition et modernité,école à la maison,homeschooling,école libre, traductions, féminisme            liberté scolaire,natalia sanmartín fenollera,modernité,tradition et modernité,école à la maison,homeschooling,école libre, traductions, féminisme

Extraits :

0 ‘ 48 ‘ ‘ : « Petite, je voulais être bibliothécaire. Parce que j’aimais beaucoup lire. Plus qu’écrire, j’aimais lire. »

1 ‘ 41 ‘ ‘ : « Je voulais parler de la vérité, du bien et de la beauté. Et il m’a semblé qu’utiliser une prose poétique, une histoire, un conte, était la meilleure manière de le faire. »

06 ‘ 07 ‘ ‘ : « Oui, de fait, voyons. Je crois qu’il n’est pas nécessaire de théoriser là-dessus. On voit bien comment la génération précédente a été éduquée, les parents, les grands-parents, comment les enfants sont éduqués aujourd’hui. Et les énormes carences, et la rigidité des systèmes d’étude. Et je suis arrivée à la conclusion qu’il y a un problème très grave avec l’éducation. Et probablement, le premier problème, c’est que nous l’avons déléguée à des institutions dont on suppose qu’elles devraient co-éduquer, aider l’éducation qui doit se donner à la maison, et elles sont devenues des endroits où on envoie les enfants pour se faire déséduquer par toutes sortes de choses. Les programmes d’étude sont trop rigides. On donne la primauté aux technologies, aux médias, au lieu du contenu. On apprend très peu de choses. En général, celles qu’on apprend sont assez inutiles. On n’apprend pas aux enfants à aimer la lecture. Parmi ceux qui aiment la lecture, très peu d’entre nous l’aimons parce que nous avons appris [à l’aimer] à l’école. À l’école, on te fait apprendre des choses sur des auteurs, certains t’intéressent, d’autres pas, en général tu ne les lis pas trop, et si tu les lis tu dois faire un travail et tu cherches un résumé du livre. Alors je crois que l’éducation commence à la maison, elle commence tout petit, elle commence avec l’émerveillement, et par conséquent elle ne peut pas être orientée uniquement vers le succès professionnel dans cinq ou dix ans, cela vient après. Alors, dans ‘L’éveil de Mademoiselle Prim’, ils ont décidé que le monde n’éduque pas leurs enfants mieux qu’eux-mêmes, et alors ils éduquent leurs enfants à la maison, et ils les éduquent en communauté. »

9 ‘ 11 ‘ ‘ : « Il y a eu une époque où il n’y avait pas tant d’écoles formelles et obligatoires, dans le sens d’obligatoires, pas qu’il n’y en eût pas. Et les gens continuaient à penser, continuaient à apprendre, et continuaient à lire. À Saint-Irénée d’Arnois, ils ont ce système. Mais je crois que simplement… Moi je défends l’idée de la liberté, que les parents puissent choisir la manière d’éduquer leurs enfants. Certains vont les éduquer à la maison, d’autres pas. D’autres voudront une école de tel profil, d’autres… Ce qui pour moi s’avère asphyxiant, ce sont les programmes d’étude, et le fait qu’il faille se plier à une série de critères, ou donner un programme. Que ce soit une école publique ou privée ou semi-privée, il y a une série de choses que tous doivent apprendre, et ça me paraît asphyxiant, et je me rebelle contre ça. »

10 ‘ 00 ‘ ‘ : « Saint-Irénée est un conte. L’histoire n’est pas un roman réaliste. Ce n’est pas du réalisme. Alors on ne peut pas le considérer comme si c’était un village réel. »

10 ‘ 32 ‘ ‘ : « Mais l’idée d’un petit village dans lequel les gens se connaissent, le visage, les noms, dans lequel tout le monde sache quelque chose des autres, que les relations soient plus proches, qu’il y ait une certaine courtoisie ou discourtoisie de voisinage, mais qu’on ne soit pas enfoui dans la grande masse anonyme des villes, cela existe, existe maintenant, et surtout c’est le type de communauté ou de société sur laquelle s’est levée l’Europe. Un petit village autour d’un poumon spirituel, qui dans le roman est un monastère, et là [dans ce village] on achète, on vend, les personnes établissent des relations, et on vit à une échelle plus petite et à une échelle plus humaine. Maintenant, pas tout le monde dans les petit villages est aussi cultivé que les irénites, pas tout le monde a ces conversations si profondes, parce que c’est un conte. C’est un conte pour parler de différentes choses, et les contes ont la vertu de nous permettre de mettre de l’emphase sur certaines choses et sur d’autres non, changer de point de vue… Ce n’est pas réaliste. »

11 ‘ 52 ‘ ‘ : « Il n’existe pas d’endroit comme celui du roman, non. Est-ce qu’il existe des endroits petits, où on ne doit pas s’engouffrer dans un embouteillage, dans un transport public, pendant trois heures, et où on peut regarder ses enfants jouer dans la rue ? Oui, il y en a. Ils ont toujours existé, et ils existent encore. »

 

Rapporté par The Wanderer, Argentine. Transcription et traduction par Espérance Nouvelle.

En français :

> Le carnet de Myriam Thibault : « L’Éveil de Mademoiselle Prim » de Natalia Sanmartin Fenollera

> Grasset : L’éveil de mademoiselle Prim

> Fnac : L’éveil de mademoiselle Prim

> Amazon : L’Éveil de mademoiselle Prim (format poche)

> La Procure : L’éveil de mademoiselle Prim

En Español :

> The Wanderer, Argentina : La señorita Prim

> The Wanderer, Argentina : « No somos como ellos », por Natalia Sanmartín Fenollera

> Cosas que me hacen feliz : El despertar de la señorita Prim

In English :

> The Imaginative Conservative : “The Awakening of Miss Prim”, A Breath of Fresh Sanity

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s