6 juillet, l’Eglise fête Sainte Maria Goretti, martyre de la pureté

MESSAGE DU PAPE JEAN PAUL II
À L’ÉVÊQUE D’ALBANO
À L’OCCASION DU CENTENAIRE DE LA MORT
DE SAINTE MARIA GORETTI


A mon Vénéré frère Mgr Agostino VALLINI
Evêque d’Albano

St JP II - reliques Ste Maria Goretti.jpg1. Il y a cent ans, le 6 juillet 1902, à l’hôpital de Nettuno, mourait Maria Goretti, sauvagement poignardée le jour précédent dans le petit village de Le Ferriere, dans l’Agro Pontino. En raison de son histoire spirituelle, de la force de sa foi, de sa capacité à pardonner son bourreau, elle figure parmi les saintes les plus aimées du XXème siècle. C’est donc de façon opportune que la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ, à laquelle est confié le soin du Sanctuaire  dans  lequel  repose la dépouille mortelle de la sainte, a voulu célébrer cet événement avec une solennité particulière. […]

2. Maria Goretti, née à Corinaldo, dans les Marches, le 16 octobre 1890, dut très tôt prendre la route de Photograph_of_Saint_Maria_Goretti,_1902.jpgl’émigration avec sa famille, arrivant, après plusieurs étapes, à Le Ferriere di Conca, dans l’Agro Pontino. Malgré les problèmes liés à la pauvreté, qui ne lui permirent pas d’aller à l’école, la petite Marie vivait dans un milieu familial serein et uni, animé par la foi chrétienne, où les enfants se sentaient accueillis comme un don et étaient éduqués par  leurs  parents  au respect d’eux-mêmes et des autres, ainsi qu’au sens du devoir accompli par amour de Dieu. Cela permit à la petite fille de grandir de façon sereine en nourrissant en elle une foi simple, mais profonde. L’Eglise a toujours reconnu à la famille le rôle primordial et fondamental de lieu de sanctification pour ceux qui en font partie, à commencer par les enfants.

Dans ce contexte familial, Marie acquit une solide confiance dans l’amour providentiel de Dieu, une confiance qui s’est manifestée en particulier au moment de la mort de son père, frappé par la malaria. « Maman, ne perds pas courage, Dieu nous aidera« , disait la petite fille dans ces moments difficiles, réagissant avec force au profond vide laissé en elle par la mort de son père.

cd2bc7c1e3ee1c8986f6a38d850f56b1.jpg3. […] Quel exemple lumineux pour la jeunesse! La mentalité privée d’engagements, qui envahit une grande partie de la société et de la culture de notre temps, a parfois du mal à comprendre la beauté et la valeur de la chasteté. Il ressort du comportement de cette jeune sainte une perception élevée et noble de sa propre dignité et de celle d’autrui, qui se reflétait dans les choix quotidiens, en leur conférant pleinement leur sens humain. N’y a-t-il pas en tout cela une leçon d’une grande actualité? Face à une culture qui accorde trop d’importance à l’aspect physique de la relation entre homme et femme, l’Eglise continue à défendre et à promouvoir la valeur de la sexualité comme un élément qui touche chaque aspect de la personne et qui doit donc être vécu selon une attitude intérieure de liberté et de respect réciproque, à la lumière du dessein originel de Dieu. Dans cette perspective, la personne se découvre être à la fois la destinataire d’un don et appelée à devenir, à son tour, un don pour l’autre.

Dans la Lettre apostolique Novo millennio ineunte, j’observai que « dans la vision chrétienne du mariage, la relation entre un homme et une femme – relation réciproque et totale, unique et indissoluble – répond au dessein originel de Dieu, qui s’est obscurci dans l’histoire par la « dureté du coeur », mais que le Christ est venu restaurer dans sa splendeur originelle, en révélant ce que Dieu a voulu « depuis le commencement » (Mt 19, 8). Dans le mariage, élevé à la dignité de sacrement, est aussi exprimé le « grand mystère » de l’amour sponsal du Christ pour son Eglise (cf. Ep 5, 32) » (n. 47).

Il est indéniable que l’unité et la stabilité de la famille humaine doivent aujourd’hui faire face à de nombreuses menaces. Mais, heureusement, à côté de celles-ci, on constate une conscience renouvelée des droits des enfants à être élevés dans l’amour, protégés de tous les types de dangers et formés de façon à pouvoir, à leur tour, affronter la vie avec force et confiance.

[…]

Du Vatican, le 6 juillet 2002

« Regardez-la, surtout vous les adolescents, vous les jeunes. Soyez, comme elle,

capables de défendre la pureté du cœur et du corps ; efforcez-vous de lutter contre le mal

et le péché, en alimentant votre communion avec le Seigneur par la prière, l’exercice quotidien

de la mortification et la scrupuleuse observance des commandements. N’ayez pas peur d’aller

à contre-courant, de rejeter les idoles du monde, lorsqu’il s’agit de témoigner par une

conduite courageuse, de l’adhésion au Christ chaste et pauvre.

Sachez toujours valoriser et aimer la pureté et la virginité. »

 

Saint Jean-Paul II, le 29 septembre 1991

 « Elle est le fruit mûr d’une famille où l’on a prié tous les jours, où les enfants furent élevés dans la crainte du Seigneur, l’obéissance aux parents, la sincérité et la pudeur, où ils furent habitués à se contenter de peu, toujours disposés à aider aux travaux des champs et à la maison, où les conditions naturelles de vie et l’atmosphère religieuse qui les entouraient les aidaient puissamment à s’unir à Dieu et à croître en vertu. Elle n’était ni ignorante, ni insensible, ni froide, mais elle avait la force d’âme des vierges et des martyrs, cette force d’âme qui est à la fois la protection et le fruit de la virginité. »

Pie XII, le 24 avril 1950

> Vie de Sainte Maria Goretti

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s