Les communautés plus traditionnelles font exception à la grande pénurie de prêtres en France

Par Floris de Bonneville, journaliste et ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma.

L’Église catholique est en crise. Pas partout puisqu’en un an le nombre de catholiques a augmenté de 1,5 % dans le monde. Mais en Europe où nombre d’églises sont désacralisées, et particulièrement en France où les prêtres se font rares dans les paroisses. Mgr Bernard Podvin, ancien porte-parole de la Conférence des évêques de France, avait déclaré devant les caméras de KTO à Noël 2014 : « On manque de vocations… Quand on ordonne cent prêtres par an et qu’il en meurt 800 par an pour le territoire français, c’est évident. Le déficit est là et il est criant. » […]

En 20 ans, les 29.000 prêtres diocésains et religieux qui officiaient en France en 1995 sont aujourd’hui passés à 13.000. En 1970, il étaient près de 50.000 ! Sans parler de la France de 1789 qui comptait 110.000 prêtres pour une population de moins de 12 millions d’habitants. Les séminaires et les presbytères étaient alors aussi pleins que les églises.

Deux exemples. La Lozère compte 35 prêtres en activité dont cinq de moins de 60 ans. La Creuse (diocèse de Limoges) : sept prêtres actifs (11 en tout) pour six paroisses. En 2020, prédit Louis-Benoît Greffe, ce seront probablement des déserts religieux.

Il y a quand même quelques embellies. Oh, très modestes ! Le diocèse de Vannes a ordonné cette année sept prêtres, son record depuis 1968 ! À Paris, 11 prêtres. Mais ce qui est notable, c’est le succès, si l’on peut dire, des communautés traditionalistes […]. Les prêtres issus des Fraternités Saint-Pie X, Saint-Pierre, des Instituts du Bon Pasteur ou du Christ-Roi Souverain Prêtre, de St-Martin et autres qui portent soutane et sont fidèles à la langue latine et au rite tridentin, représentent désormais 15 % du clergé. Et leurs séminaires font le plein. Il semblerait que les jeunes sont attirés par la liturgie et l’authenticité de l’enseignement de l’Église de toujours. On doit également noter le succès auprès des jeunes des communautés comme celle de Saint-Jean dont les « petits-gris » réussissent à remplir leurs offices de jeunes. Ils sont 500 frères dont 280 prêtres, et si leur missel n’est pas en latin, leur liturgie et leurs homélies ont vocation à attirer les jeunes. […] Pourquoi ne pas prendre l’exemple de Mgr. Rey, évêque de Fréjus-Toulon, dont le séminaire compte 50 jeunes gens ? […]

Source : Boulevard Voltaire – 800 prêtres meurent chaque année en France pour 100 ordinations !
Photo : John Cosmas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s