Homélie de Saint Jean Chrysostome sur la « Grande Semaine » (II)

4. Ce qui s’est passé pendant la nuit, afin que l’affaire ne fît pas de bruit, ne causât aucune espèce de tumulte; car, les apôtres ne faisaient rien pour s’étaler en spectacle, ni pour acquérir de la gloire. Donc, le geôlier se jeta à ses pieds. Eh bien, que fait Paul ? Avez-vous bien compris le miracle? Avez-vous bien compris ce qu’il y a là d’étonnant, d’étrange? Considérez maintenant la sollicitude, considérez la bonté de Paul. « Il lui cria : Ne vous faites point de mal, car nous sommes tous ici. » (Act. XXI, 28.) Le geôlier l’avait enchaîné cruellement; l’Apôtre ne le laissa pas mourir d’une manière cruelle; il oublia son injure : « Nous sommes tous ici, » dit-il. Voyez la modestie ! il ne dit pas : ces choses merveilleuses, c’est aloi qui les ai faites; mais, que dit-il ? « Nous sommes tous ici. » Il se compte au nombre des prisonniers, notre Paul. Le geôlier, à cette vue, fut saisi d’admiration; le miracle le frappa de stupeur; il bénit Dieu, c’était une âme vraiment digne de la sollicitude et de la bonté de l’Apôtre, que ce geôlier; il ne considéra pas ce qui s’était passé, comme un prestige. Et pourquoi ne crut-il pas à un prestige? C’est qu’il les entendit chantant des hymnes au Seigneur; et un faiseur de prestiges ne chante jamais d’hymne au Seigneur. Il avait reçu beaucoup de faiseurs de prestiges en sa qualité de geôlier; mais jamais aucun d’eux n’avait fait chose pareille, n’avait fait tomber des liens, ni montré la même sollicitude. C’est que Paul voulait être enchaîné, et il ne prit pas la fuite, ne voulant pas causer la mort du geôlier.
Roi des JuifsCet homme s’était élancé, tenant dans ses mains un glaive et un flambeau; le démon voulait lui faire commettre un meurtre, pour prévenir sa conversion. Mais la voix retentissante de Paul conquit bien vite le salut de son âme; car, non-seulement il cria, ruais il lui dit d’une voix retentissante : « Nous sommes tous ici. » Le geôlier admira cette sollicitude, et celui qui n’était pas enchaîné, tomba aux pieds de celui qui était chargé de chaînes ; et que lui dit-il? « Seigneur, que faut-il que je fasse pour être sauvé? » (Act. XVI, 30.) Comment! c’est toi qui l’as enchaîné, et c’est toi qui te trouves dans l’embarras ? C’est toi qui lui as mis ses pieds dans une entrave de bois, et voilà que tu cherches la manière de te convertir et de te sauver? Voyez-vous la ferveur? voyez-vous le zèle empressé ? Pour cet homme, pas de délai; libre de crainte il ne se croit pas libre à l’égard de son bienfaiteur, mais tout de suite, il s’élance, il se jette sur le salut de son âme. C’était le milieu de la nuit; il ne dit pas : délibérons, laissons venir le jour, mais, tout de suite, il court à son salut. Cet homme est grand, se dit-il; il surpasse la nature humaine; j’ai vu la merveille qu’il a faite; j’ai admiré sa sollicitude pour moi; il a souffert, de moi, des maux sans nombre; exposé aux derniers malheurs, et me tenant dans ses mains, moi qui l’ai enchaîné, il peut me tuer; et, non-seulement il n’en fait rien, mais, au moment où je m’apprête à m’égorger moi-même, ou déjà je me perce de mon glaive, c’est lui qui m’arrête. Ce geôlier a eu raison de dire : « Seigneur, que faut-il que je fasse pour être sauvé? » Car, ce n’étaient pas seulement les miracles qui attiraient auprès des apôtres de nouveaux croyants, mais, avant leurs miracles, leur vie opérait sur les hommes. Voilà pourquoi l’Écriture dit : « Que votre lumière luise devant les hommes, afin qu’ils « voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père, qui est dans les cieux. » (Matth. V, 16.)
Avez-vous bien vu la ferveur du geôlier? Voyez maintenant la ferveur de Paul; il ne diffère pas; son zèle ne se ralentit pas; il est dans les fers, chargé d’entraves, couvert de blessures, et vite il l’instruit des mystères, et il instruit, avec lui, toute sa famille, et, après l’ablution spirituelle, après la table spirituelle, il lui sert aussi les aliments de la chair (Confusion : ce n’est pas Paul qui offre des aliments au geôlier, c’est le geôlier qui convie Paul à en prendre chez lui (Act. XVI, 34.)). Mais pourquoi a-t-il fait trembler la prison? pour réveiller l’âme du geôlier par le spectacle de ce qui arrivait. Il a fait tomber les liens sensibles de ceux qui étaient enchaînés avec lui, pour faire tomber les liens spirituels du geôlier. Le Christ a fait tout le contraire : Un homme s’approcha de lui, qui souffrait d’une double paralysie; de la paralysie du péché, de la paralysie du corps. Le Christ guérit d’abord la paralysie du péché, par ces paroles : « Mon fils, vos péchés vous sont remis. » (Marc, II, 5.) Et, comme on disputait sur ces paroles ; comme on blasphémait; comme on disait : « Personne ne peut remettre les péchés, que Dieu seul (Ibid. 7) ; » le Christ, voulant montrer qu’il est véritablement Dieu, voulant aussi se ménager les moyens de luger ses contradicteurs d’après leur propre bouche, afin de pouvoir dire : « Je vous juge d’après votre propre bouche (Luc, XIX, 22), » c’est toi-même qui viens de dire, que nul ne peut remettre les péchés que Dieu seul; eh bien ! voici, dit-il, que je remets les péchés, confesse donc ma divinité ; c’est, d’après ta manière de juger, que je porte moi-même la sentence. Nous voyons ici l’action spirituelle d’abord, et ensuite, l’action sensible. Paul nous montre ici le contraire, il fait tomber d’abord les liens sensibles, et ensuite les liens spirituels.
Avez-vous bien compris la force des hymnes, la puissance de la bénédiction, la puissance de la prière? Certes l’efficacité de la prière est toujours grande; mais, quand le jeûne se joint à la prière, c’est alors que l’âme est doublement puissante ; c’est alors que nous avons la tempérance dans les pensées; c’est alors que l’âme se réveille et contemple les choses d’en-haut. Aussi l’Ecriture joint-elle toujours le jeûne à la prière. Comment cela? Dans quel passage ? « Ne vous refusez point l’un à l’autre ce devoir, » dit l’Apôtre, « si ce n’est du consentement de l’un et de l’autre , afin d’être libres pour le jeûne et pour la prière.» (I Cor. VII, 5.) Et encore ailleurs : « Mais cette sorte de démon ne se chasse que par la prière et le jeûne. » (Matth. XXII, 20.) Et ailleurs encore : « Et après qu’ils eurent prié et jeûné, ils leur imposèrent les mains. » (Act. I, 33.)

5. Voyez-vous le jeûne partout uni à la prière ? C’est alors en effet qu’il s’échappe de la lyre une mélodie plus agréable, plus digne du Seigneur. Les cordes ne sont pas humides, relâchées par l’ivresse ; la raison est bien tendue ; l’intelligence, bien éveillée ; l’âme vigilante; c’est ainsi qu’il convient de s’approcher de Dieu, de s’entretenir avec lui, seul à seul. Si nous avons une affaire grave à communiquer à nos amis, nous les prenons à l’écart: à bien plus forte raison , faut-il se conduire de même avec Dieu, entrer, avec un calme parfait, dans la chambre où il se retire. Et nous obtiendrons absolument tout de lui, si nous lui demandons ce qui est utile. C’est un grand bien que la prière, quand elle part d’une âme reconnaissante et sage. Et maintenant, comment la prière montrera-t-elle notre reconnaissance? Si nous nous faisons une loi, non-seulement quand nous recevons, mais, de plus, quand nous ne sommes pas exaucés, de bénir le Seigneur. En effet, tantôt le Seigneur accorde, tantôt il n’accorde pis; mais, dans l’un et dans l’autre de ces deux cas, il agit utilement pour nous ; de sorte que, soit que vous receviez, soit que vous ne receviez pas, vous recevez cela même que vous n’avez pas reçu ; et si vous avez réussi , et si vous n’avez pas réussi, vous avez réussi en ne réussissant pas. C’est qu’en effet il y a des circonstances où il est plus utile pour nous de ne pas recevoir que de recevoir ; s’il n’était pas souvent de notre intérêt de ne pas recevoir , Dieu nous accorderait toujours; quand il est de notre intérêt de ne pas réussir, l’insuccès est un succès. Voilà pourquoi Dieu diffère souvent de nous accorder nos demandes; ce n’est pas pour nous faire languir ; quand il nous force à attendre le don, il nous exerce, et il fait bien, à l’assiduité dans la prière. Souvent nous recevons, et après avoir reçu, nous négligeons la prière; or Dieu , qui veut nous tenir constamment en éveil, diffère de nous accorder ce que nous désirons. C’est la conduite des bons pères, dont les enfants paresseux ne montrent d’ardeur que pour de puérils plaisirs ; les pères les retiennent auprès d’eux, en leur promettant un très-grand présent, et, pour les retenir, tantôt ils diffèrent, tantôt ils refusent absolument de donner. Il arrive aussi que nous voulons des choses nuisibles , et Dieu , qui comprend mieux que nous nos intérêts, n’écoute pas nos prières , aimant mieux nous procurer ce qui nous est utile, même à notre insu. Et qu’y a-t-il d’étonnant que nous ne soyons pas exaucés, quand la même chose est arrivée à Paul? Lui aussi souvent, n’a pas obtenu ce qu’il demandait, et, non-seulement il ne s’est pas affligé, mais encore il a rendu à Dieu des actions de grâces. « C’est pourquoi, » dit-il, « j’ai prié trois fois le Seigneur. » (II Cor. XII, 8. ) Cette expression « Trois fois » signifie souvent. Si Paul, après de fréquentes prières, n’a pas réussi , à bien plus forte raison nous convient-il, à nous, de persévérer. Mais voyons ce qu’il éprouvait, après avoir souvent demandé sans obtenir; non-seulement il ne s’affligeait pas, mais encore il se glorifiait de ce qu’il n’avait pas reçu. « J’ai prié trois fois le Seigneur, et il m’a répondu : Ma grâce vous suffit, car ma puissance éclate dans la faiblesse. » (II Cor. XII, 9. ) Et il continue: « Je prendrai donc plaisir à me glorifier de mes faiblesses.»

Passion de Notre Seigneur.jpg6. Comprenez-vous la reconnaissance, du serviteur? il demande à être affranchi de ses faiblesses ; Dieu ne lui accorde pas sa prière; et, non-seulement Paul ne s’afflige pas, mais il se glorifie de ses faiblesses. Faisons de même, nous aussi, disposons nos âmes de cette manière, et, que Dieu nous accorde ou ne nous accorde pas nos demandes, sachons dans les deux cas, le bénir, car, dans les deux cas, il agit selon nos intérêts. S’il a le pouvoir de donner, il s’ensuit qu’il a le pouvoir, et de donner, et de donner ce qu’il veut, et de ne pas donner. Vous ne connaissez pas vos intérêts aussi clairement que Dieu les tonnait; souvent vous demandez des choses nuisibles et funestes ; mais Dieu, plus jaloux que vous-mêmes de votre salut, ne regarde pas votre prière; avant votre prière, il regarde partout ce qui vous est utile. Si les pères selon la chair, n’accordent pas à leurs enfants tout ce qu’ils leur demandent, ce qui ne prouve pas qu’ils dédaignent leurs enfants, mais, au contraire, qu’ils ont pour eux la plus grande sollicitude, à bien plus forte raison, Dieu, qui nous aime davantage, qui connaît, mieux que personne, ce qui nous est utile, suit toujours la même conduite. Donc ne cessons pas de nous livrer à la prière, non-seulement pendant le jour, mais pendant la nuit. Ecoutez ce que dit le Prophète : « Je me levais au milieu de « la nuit, pour vous louer des jugements de « votre justice. » (Ps. CXVIII, 62.) Un roi, assiégé de tant de soucis, qui avait entre les mains le gouvernement de tant de peuples, de villes et de nations; qui avait à prendre soin de la paix, à terminer des guerres ; qui voyait toujours auprès de lui un tourbillon inexprimable d’affaires; qui n’avait pas le temps de respirer, non-seulement consacrait les jours, mais jusqu’aux nuits à la prière. Si un roi, fait pour mener une vie de délices, ayant tant de soucis, enveloppé dans tant d’affaires, ne trouvait pas de repos, même pendant la nuit, mais se livrait sans cesse à la prière, avec un soin plus scrupuleux que les moines des montagnes , quelle sera , répondez-moi , notre excuse, à nous, qui avons une liberté complète: qui nous sommes fait une vie indépendante, vide d’affaires, et qui non-seulement nous ensevelissons les nuits entières dans le sommeil, mais ne trouvons pas, même pendant le jour, des moments où notre âme s’éveille, pour la prière que nous devons au Seigneur? C’est une grande arme due la prière, c’est une belle parure que la prière, et une sûreté, et un port, et un trésor de biens, et une richesse que rien ne peut ravir. Quand nous avons besoin des hommes, nous avons besoin de faire des dépenses, et d’employer des flatteries serviles; et d’aller, et de venir, et de prendre beaucoup de peines et de soins ; car souvent nous ne pouvons pas nous adresser directement à ceux de qui dépend ce que nous demandons. Il faut d’abord aller trouver les ministres, les dispensateurs des grâces, et ceux qui sont chargés de répondre pour les hommes puissants ; et il faut, avec de l’argent, avec des paroles, par tous les moyens possibles, les adoucir, afin d’obtenir, par leur entremise, ce que nous demandons. Au contraire, avec Dieu, il n’en est pas de même; en le priant par les autres, nous obtenons moins vite ses faveurs qu’en les lui demandant nous-mêmes. Et, avec Dieu, celui qui reçoit, et celui qui ne reçoit pas, profitent; avec les hommes, au contraire, dans les deux cas, souvent, nous avons à nous plaindre. Eh bien ! donc, puisqu’il y a plus d’avantage, et plus de facilité, à s’approcher de Dieu, ne méprisons pas la prière. Voulez-vous trouver Dieu plus propice ? voulez-vous obtenir plus facilement ce que vous désirez ? invoquez-le vous-mêmes, avec la pureté des intentions, avec la sagesse de l’âme; ne le priez pas, par acquit de conscience, ce que font beaucoup de personnes, dont la langue prononce les paroles de la prière; dont la pensée , en même temps, reste souvent dans leur maison, ou se promène sur la place publique, à travers les rues, ce qui est un artifice du démon ; car, comme il sait qu’au moment de la prière, nous pouvons obtenir le pardon de nos péchés, jaloux de nous fermer ce port, il s’élève alors contre nous; il chasse notre pensée loin des paroles que nous prononçons, afin qu’au sortir de l’église , nous en retirions plus de perte que de profit.
Pénètre-toi, ô homme, de ces vérités, et, quand tu t’approches de Dieu, songe auprès de qui tu t’approches ; et il suffit, pour tenir ton esprit éveillé, de croire en Celui qui te donne ce que tu demandes; lève les yeux au ciel, et pense à qui ton discours s’adresse. Quand on parle à un homme, tant soit peu élevé aux honneurs de ce monde, le plus négligent s’excite de toutes manières, et se tient l’esprit en éveil; à bien pics forte raison, ferons-nous de même si nous pensons que nous nous adressons au Seigneur des anges; voilà qui suffira pour nous rendre attentifs. Voulez-vous un autre moyen, pour vous tirer de votre engourdissement? En voici un: souvent nous avons fait notre prière, et nous n’avons pas entendu un seul des mots que nous avons prononcés, et nous nous en allons; pensons à cela, et, tout de suite, reprenons notre prière. Et si la même distraction nous arrive deux fois, trois fois, quatre fois, reprenons autant de fois notre prière, et ne nous retirons pas avant de l’avoir dite tout entière d’un esprit bien attentif. Quand le démon comprendra que nous ne voulons pas nous retirer avant de l’avoir dite avec soin, avec un esprit constamment en éveil, il cessera de nous assaillir, puisqu’il verra que ces attaques ne servent qu’à nous forcer de recommencer souvent la même prière. Nous recevons tous les jours, mes bien-aimés, de nombreuses blessures, des gens de notre maison, des étrangers, sur la place, chez nous; de la part des hommes publics, de la part des particuliers; des voisins, des amis; à toutes ces blessures, appliquons les remèdes qui leur sont propres, la prière. Car Dieu, si nous le prions d’un esprit vigilant, d’une âme embrasée, d’un cœur ardent, peut nous accorder notre pardon, la rémission de toutes nos fautes. Puissions-nous l’obtenir tous, par la grâce et par la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui appartient, comme au Père, comme au Saint-Esprit, la gloire, dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Source : Homélie sur la Grande Semaine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s