Cardinal Mercier : « Pour être heureux, revenez aux enseignements et à la foi de la vie chrétienne »

Mes bien chers Frères, j’éprouve un vif désir de vous voir tous heureux. Si vous ne l’êtes pas, revenez donc, je vous en supplie, aux enseignement et reprenez la loi de la vie chrétienne. Là est la source du bonheur. Croyez-en saint Augustin qui avait passé par tant de déceptions avant d’avoir trouvé la paix et qui, l’ayant enfin découverte, s’écriait : « Notre coeur n’a point de repos, tant qu’il ne le prend pas en Dieu, Fecisti nos ad te Domine, et irrequietum est cor nostrum donec requiescat in te. » Ecoutez la voix paternelle de note Saint-Père le Pape Pie X qui vous dit : « Si vous connaissiez la vie chrétienne, vous l’estimeriez et l’aimeriez. » Ecoutez l’appel affectueux de notre bon Sauveur Jésus : « Venez à moi et suivez mes enseignements, discite a me ; suivez l’attrait de ma douceur et de mon humilité et je promets la paix à vos âmes, quia itis sum et humilis corde, et invenietis requiem animabus vestris (Matth, XI, 29). Certes je vous demande  un acte de foi à ma puissance et à mon amour, il dépend de vous de me le donner ou de me le refuser, car je n’entends pas vous contraindre, je respecte votre liberté. Quand, au cours de ma vie mortelle, je m’offrais à guérir les malades, à rendre la vue aux aveugles, je commençais par leur demander un acte de foi ; avant de ressusciter Lazare, il me plaisait de mettre  à l’épreuve la foi de Marthe en lui disant : j’affirme que je suis la vie, j’ai le pouvoir de ressusciter les morts, croyez-vous cela ? Oui, Seigneur, répondit Marthe, je crois que vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui avez daigné descendre au milieu de nous. Aussitôt après déclaration de foi, Lazare sortait du tombeau » (Joan. XI).

Il s’agit pour chacun de nous d’une expérience à faire. Je ne vous dirai pas avec Pascal : Tentez-la les yeux fermés ; si elle échoue, vous n’aurez rien perdu ; si elle réussit, vous aurez gagné l’infini. Le chrétien ne se soumet pas à un coup de dé. Il a des raisons de croire et ne croirait point s’il ne voyait qu’il est sage de le faire. Néanmoins aucune raison de croire ne lui ôte la liberté de refuser les avances divines. L’homme de génie aussi bien que l’homme du peuple trouve sa place et vit en paix dans l’Église, mais au premier comme au second Dieu demande d’abord un acte de filial abandon à sa divine Providence : « Si vous ne vous faites semblables aux petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu » (Matth XVIII 3).

Dieu n’exige, somme toute, de l’homme qu’une seule chose : la droiture intérieure. « Nous voulons, écrit Saint Jean, que vous soyez pleinement dans la joie, nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché » (I Joan. I, 5-7). Le bonheur, dit Saint Augustin, c’est la joie puisée dans la vérité, beata vita est gaudium de veritate (Conf. Liv. X, ch XXIII). Sois donc sincère avec toi-même, mon Frère, suis les lumières de ta conscience : elle te mettra de prime abord en présence d’un idéal de grandeur morale auquel elle te commandera de subordonner tes instincts et de plier tes passions ; elle te dira de placer les intérêts moraux de la famille, de la patrie, de l’humanité au-dessus des attraits de ton égoïsme ; elle te suggérera d’aimer les autres hommes comme des frères, et à mesure que tu t’appliqueras à les aimer tous, loyalement, effectivement, tu sentiras naître et grandir en toi l’amour de Dieu, car la paternité divine est le principe et l’unique garantie de la fraternité humaine. « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière , et aucune occasion de chute n’est en lui. Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux » (Matth. XXV, 35 et suiv.).

Le vrai chrétien n’est pas celui qui est baptisé, qui accomplit plus ou moins fidèlement un nombre plus ou moins considérable de pratiques religieuses, mais celui qui, conformant sa vie aux prescriptions évangéliques, aime Dieu comme son père, par-dessus toutes choses et son prochain comme son frère, par amour pour Dieu. Il est impossible d’aimer sincèrement le père de famille sans embrasser ses enfants dans le même amour. Ces deux amours sont si étroitement unis que le Dieu qui nous a fait une loi de l’aimer de toutes les énergies de notre âme nous avertit que le jugement final portera sur l’exercice envers nos frères (I Joan. II, 10, 11). Il est réconfortant, mes Frères, à l’heure des épreuves morales de la vie, de penser qu’il y a dans les joies triomphantes du paradis, dans les espérances douloureuses du purgatoire, au milieu des luttes présentes de l’humanité, des légions d’âmes qui, unies par les liens d’un même fraternel amour, vivifiées par un même esprit de paix, vinculum pacis, placent Dieu au-dessus de tous les biens de l’univers créé.

Source : Card. D-J Mercier. Discours et Mandements. Extraits des Œuvres Pastorales. Bruxelles : Dewit. 1914. 14-18.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s