Cardinal Robert Sarah : la crise actuelle est une crise de la foi

Par le père Gerald E. Murray | jeudi 21 janvier 2016

L’ouvrage Dieu ou rien, un long entretien du cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, avec le journaliste français Nicolas Diat est l’un des textes les plus revigorants récemment publiés. Je ne saurais trop faire l’éloge de ce livre. Il en émane la sagesse, la perspicacité et la foi profonde d’un serviteur de l’Église vraiment dévoué. C’est aussi un témoignage prophétique de la vérité. Le cardinal Sarah analyse la racine des maux dont souffre le monde actuel et propose le remède immuable de l’Église : la foi en Dieu telle que révélée par Son fils Jésus-Christ. Chemin faisant, il reproche aux membres du clergé et aux fidèles toutes les occasions où leur soumission à l’esprit du monde a beaucoup nui à l’Église. Le pape saint Pie X ayant été invité, après son élection, à définir le programme de son pontificat, désigna un crucifix et répondit « voilà mon programme ». Dans la même veine, à la question concernant la situation actuelle (« Est-ce une crise de l’Église ou une « crise de Dieu » ? »), le cardinal Sarah répond : « Contrairement à ce que nous pouvons considérer, la plus grande difficulté que rencontrent les hommes n’est pas de croire ce que l’Église enseigne sur le plan moral ; le plus dur pour le monde post-moderne est de croire en Dieu et en Son fils unique ».

Le problème fondamental de la société occidentale – et de l’Église – se ramène à des degrés divers de non-croyance en Dieu et en Sa Révélation. Cette incroyance va de l’athéisme (théorique et pratique) à l’agnosticisme (fruit souvent de l’ignorance, de la paresse ou de l’aveuglement spirituel) à un catholicisme très sélectif. Quand nous n’adhérons pas sans réserve au Christ et à son enseignement, nous sommes livrés à nous-mêmes – perspective peu réjouissante.

Le cardinal Sarah déclare : « Si le lien entre Dieu et les chrétiens s’affadit, l’Église devient une simple structure humaine, une société parmi d’autres. Dès lors, l’Église se banalise ; elle se mondanise et se corrompt jusqu’à perdre sa nature originelle. En fait, sans Dieu nous créons une Église à notre image, pour nos petits besoins, nos envies ou nos dégoûts. La mode s’empare de l’Église, et l’illusion du sacré devient périssable, une forme de médication périmée ».

Réfléchissez à des incidents remarquables comme le récent éloge funèbre de David Bowie dans l’Osservatore Romano. Éloge qui avait déjà comme précédent celui de Michael Jackson et fait suite à l’utilisation récente de la basilique Saint Pierre comme écran géant pour la projection d’images profanes. Et fait encore plus important, la Foi a été banalisée par la campagne tendant à autoriser les divorcés remariés à recevoir la sainte communion. Répéter les paroles du Seigneur « Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère » (Luc 16,18) est considéré comme un acte dur, peu charitable et morose.

Accorder le droit de recevoir la sainte communion à des personnes vivant dans un second mariage invalide est considéré par les novateurs comme un acte de justice – une façon de cesser d’exclure injustement ces personnes de la communauté des fidèles, de les exposer à une honte imméritée et de frustrer leur louable désir d’être nourris par le Seigneur. Les novateurs stigmatisent et tournent en dérision 2000 ans d’enseignement catholique en y voyant une lecture démodée, rigoriste et fondamentaliste des paroles du Seigneur. Cette intransigeance, selon eux, empêche l’Église de mettre en pratique « l’intention réelle » du Seigneur qui est que quiconque souhaite recevoir la sainte communion soit invité à participer au banquet de Son Corps et de Son Sang. Mais les paroles du Seigneur sont claires et ont été fidèlement appliquées dans la vie de l’Église depuis le commencement. Elles ne sauraient être rejetées sans saper la force obligatoire de tout ce qu’Il a dit par ailleurs. La campagne visant à permettre aux divorcés et aux remariés de recevoir la sainte communion est une corruption, transformant l’Église en un club sentimental ne prêchant et ne respectant que certaines parties des messages du Seigneur.

Voici la nouvelle directive : si nous trouvons dans l’Évangile quelque chose qui offense nos nouvelles sensibilités, n’en tenons pas compte et récrivons l’enseignement de l’Église en changeant ses pratiques sacramentelles. Pour calmer tout le monde, affirmons que la doctrine demeure inchangée. Nous ne le croyons pas réellement, bien sûr, mais c’est le camouflage nécessaire de l’innovation doctrinale révolutionnaire jusqu’à ce que nous puissions rejeter ce faux-semblant. Alors nous pourrons simplement annoncer que ce qui pour certains semblait être autrefois la signification de l’enseignement du Christ a pris à présent un sens tout à fait différent, grâce au don des « voix prophétiques de notre époque ».

Comment en sommes-nous arrivés là ? Le cardinal Sarah répond à la question : « Les sociétés occidentales s’organisent et vivent comme si Dieu n’existait pas. Les chrétiens eux-mêmes, dans de nombreuses occasions, se sont installés dans une apostasie silencieuse ». La nature sacrée des sacrements a été diluée dans un humanisme qui conçoit l’Église comme une dispensatrice de confort et de consolation aux personnes et comme un défenseur de la solidarité de groupe et de l’action sociale.

Selon ce concept, refuser la sainte communion à quiconque souhaite la recevoir est intolérable. N’avons-nous pas affaire à une apostasie silencieuse quand certains hommes d’Église nous disent qu’il ne faut pas empêcher qui que ce soit de communier indignement au Corps et au Sang du Seigneur en rappelant aux fidèles les paroles mêmes du Seigneur ?

Notre culture occidentale délétère est instinctivement hostile à des vérités qui s’opposent à la révolution sexuelle. L’Église, elle, a la mission de proclamer la vérité concernant le mariage enseignée par notre Seigneur et de ne pas rejeter cet enseignement afin de se conformer au monde. Le cardinal Sarah met de nouveau en plein dans le mille en disant : « L’Église proclame la Parole de Dieu et célèbre les sacrements dans le monde. Elle doit le faire avec la plus grande honnêteté, une authentique rigueur et un respect miséricordieux des souffrances de l’humanité qu’elle a le devoir de mener vers la « splendeur de la vérité », pour reprendre les premiers mots d’une encyclique de saint Jean-Paul II. »

Comme le disent les Français « Ainsi soit-il », c’est-à-dire Amen.

Samedi 16 janvier 2016

Le père Gerald E. Murray (J.C.D.) est le curé de Holy Family Church (New York, N.Y.) et docteur en droit canon.

Source : The Catholic Thing / France catholique
Photo : Creative Commons

Cardinal Robert Sarah : «Dieu ou rien – Une conversation sur la foi», avec Nicolas Diat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s